2022-10-31T10:08:21Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/logement-urbanisme/doulon%20gohards/1.Doulon_Gohards_Vallon-parc-800.jpg

Actualités Publié le 31 octobre 2022

À Doulon, le Vallon des Gohards s’apprête à sortir de terre

Avec ses maisons dans les bois, son verger et ses immeubles surplombant le vallon, cet espace aujourd’hui en friche est le premier secteur de Doulon-Gohards à entrer en construction début 2023. Un quartier sans voiture, pensé en relation étroite avec la nature, que le public a pu découvrir lors d'un forum festif dimanche 25 septembre.

Voisin du futur parc des Gohards, le Vallon abritera à terme près de 400 nouveaux logements, avec des constructions de hauteurs et de formes variées. © JBA – architectes
Voisin du futur parc des Gohards, le Vallon abritera à terme près de 400 nouveaux logements, avec des constructions de hauteurs et de formes variées. © JBA – architectes

Dans l’est de Nantes, les anciennes terres maraîchères de Doulon-Gohards se transforment pour accueillir un quartier mêlant agriculture urbaine, espaces naturels, logements et services. Ce projet agricole et urbain, confié à Nantes Métropole Aménagement, prévoit la construction de 2 700 logements sur six secteurs à l’horizon 2030, la remise en culture de 5 fermes aujourd’hui à l’abandon et la restauration de 90 hectares d’espaces naturels, représentant près de cinq fois la surface du parc du Grand-Blottereau. Trois fermes, en cours de rénovation, reprennent déjà vie. Depuis plusieurs mois, les habitants peuvent s’y fournir en légumes bio trois fois par semaine, directement à la ferme (lire ci-dessous). « Acheter son panier de légumes à sa porte, c’est l’idéal », apprécie Sylvie. Locataire au nord-est de Nantes, cette mère de famille « rêve » d’acquérir un T3 sur la partie Ouest du Vallon des Gohards, premier programme à sortir de terre tout au nord du quartier.

Les espaces publics du quartier feront la part belle à la végétation et à l’eau. Bordées de cheminements piétonniers, des noues plantées irrigueront le quartier. Ces fossés végétalisés, source de fraîcheur, permettront la gestion des eaux de pluie à ciel ouvert et participeront au développement de la biodiversité. © JBA - architectes
Les espaces publics du quartier feront la part belle à la végétation et à l’eau. Bordées de cheminements piétonniers, des noues plantées irrigueront le quartier. Ces fossés végétalisés, source de fraîcheur, permettront la gestion des eaux de pluie à ciel ouvert et participeront au développement de la biodiversité. © JBA - architectes
L’opération, parsemée de venelles et de jardins collectifs, sera entièrement piétonne. © JBA - architectes
L’opération, parsemée de venelles et de jardins collectifs, sera entièrement piétonne. © JBA - architectes
Dès l’entrée, les véhicules des habitants seront regroupés dans deux parkings mutualisés, situés à moins de 3 minutes des logements, au profit des circulations douces. © JBA – architectes
Dès l’entrée, les véhicules des habitants seront regroupés dans deux parkings mutualisés, situés à moins de 3 minutes des logements, au profit des circulations douces. © JBA – architectes
Ces parkings bénéficieront d’équipements pour faciliter les déplacements quotidiens, comme la mise à disposition de petites carrioles pour transporter ses courses jusqu’à son logement. Ils accueilleront aussi des espaces collectifs installés sur la place du Portail Rouge. © JBA – architectes
Ces parkings bénéficieront d’équipements pour faciliter les déplacements quotidiens, comme la mise à disposition de petites carrioles pour transporter ses courses jusqu’à son logement. Ils accueilleront aussi des espaces collectifs installés sur la place du Portail Rouge. © JBA – architectes
Entre 2023 et 2025, le secteur Ouest du Vallon des Gohards verra sortir de terre 207 logements répartis en 12 bâtiments de formes variées, pensés en relation étroite avec le paysage. © JBA – architectes
Entre 2023 et 2025, le secteur Ouest du Vallon des Gohards verra sortir de terre 207 logements répartis en 12 bâtiments de formes variées, pensés en relation étroite avec le paysage. © JBA – architectes
Inscrites dans une démarche de transition écologique, les constructions feront la part belle aux matériaux biosourcés : bois, chanvre, paille… © JBA – architectes
Inscrites dans une démarche de transition écologique, les constructions feront la part belle aux matériaux biosourcés : bois, chanvre, paille… © JBA – architectes
Partout, la nature sera présente, avec la création d’un grand verger et de jardins partagés propices au loisir et à la rencontre. © JBA – architectes
Partout, la nature sera présente, avec la création d’un grand verger et de jardins partagés propices au loisir et à la rencontre. © JBA – architectes

Un quartier sans voitures

Après un an d’études et de concertation avec un groupe de 35 citoyens auquel Sylvie a participé d'octobre 2020 à juillet 2021, le projet entre en phase opérationnelle. La construction des 207 premiers logements débutera en 2023. « Nous avons beaucoup insisté auprès des architectes sur la qualité des logements, la performance énergétique, les vis-à-vis et la préservation de la nature, raconte-t-elle. Ce sera un éco-quartier atypique pour ceux qui comme moi adhèrent à l’idée d’un quartier sans voiture ! » L’opération, parsemée de venelles et de jardins collectifs, sera en effet entièrement piétonne. Dès l’entrée, les véhicules des habitants seront regroupés dans deux parkings silo mutualisés, au profit des circulations douces et de services partagés. La place du Portail rouge accueillera ainsi un local mobilité proposant des équipements pour faciliter les déplacements quotidiens, comme la mise à disposition de petites carrioles pour transporter ses courses jusqu’à son logement, ainsi qu’une conciergerie et des espaces collectifs dont les usages seront définis avec les futurs habitants (salle polyvalente, ressourcerie, atelier bricolage…)

Dans un contexte de lutte contre le changement climatique et contre l’étalement urbain, le futur quartier Doulon-Gohards préfigure ce que sera la ville de demain. Une ville des courtes distances qui mixe espaces de vie, espaces naturels et agricoles, qui favorise les transports collectifs, la marche et le vélo, avec des logements de qualité pour tous, sans exclusion.

Simon Citeau, adjoint de quartier Doulon-Gohards

Cheminements piétons et vélos, matériaux biosourcés dans les constructions, gestion des eaux pluviales à ciel ouvert... La volonté est d'aménager un quartier durable qui réponde aux enjeux climatiques. © JBA - architectes
Cheminements piétons et vélos, matériaux biosourcés dans les constructions, gestion des eaux pluviales à ciel ouvert... La volonté est d'aménager un quartier durable qui réponde aux enjeux climatiques. © JBA - architectes

Une réponse aux enjeux climatiques

Conçu par l’équipe d’architectes JBA, Guinée Potin, Bauchet de la Bouverie et les paysagistes de l’atelier La Forme et l’Usage (LALU), avec les promoteurs ADI, CIF et Nantes Métropole Habitat, le Vallon des Gohards traduit la volonté des collectivités d’aménager un quartier durable qui réponde aux enjeux climatiques, dans le respect de son environnement. « Ce site aujourd’hui en friche le long du ruisseau des Gohards a plusieurs visages qui ont déterminé des caractères d’habitat différents », explique Jacques Boucheton, architecte responsable du groupement. À l’ouest, on se logera dans les bois, dans des maisons ou des petits collectifs nichés dans la végétation comme des cabanes. « Le projet s’appuie sur le taillis existant pour façonner un paysage de sous-bois en interface entre les futurs logements et les habitations existantes. Des travaux de défrichement et de replantation seront réalisés cet automne en amont du démarrage des constructions afin d’installer une lisière végétale épaisse qui permettra de préserver l’intimité de chacun », précise Mathieu Delmas, le paysagiste.

Trois nouveaux espaces de jeux ont été imaginés en concertation avec des enfants et parents du quartier. Près du Vallon des Gohards, l'aire prendra la forme d’une forêt ludique, avec des parcours d’équilibre et d’escalade, des structures pour grimper. © Bruel-Delmar - Céline Orsingher
Trois nouveaux espaces de jeux ont été imaginés en concertation avec des enfants et parents du quartier. Près du Vallon des Gohards, l'aire prendra la forme d’une forêt ludique, avec des parcours d’équilibre et d’escalade, des structures pour grimper. © Bruel-Delmar - Céline Orsingher

À l’est sur le coteau, les immeubles prendront un peu de hauteur pour profiter des vues vers le vallon. Au nord, c’est un verger qui sera planté. Deux grandes maisonnées tout en longueur - inspirées des longères traditionnelles - viendront s’y poser, offrant chacune 10 à 15 logements. Situé le long du futur parc des Gohards, le projet fait également la part belle à l’eau. « Un fossé hérité de la période maraîchère s’est imposé comme un élément fort de composition du paysage », souligne le paysagiste. Élargi et ponctué de passerelles, ce petit affluent du ruisseau des Gohards assurera une gestion naturelle des eaux pluviales et favorisera l’installation d’une végétation spontanée.

Nature et ludique

Avec sa coloration très nature et ses logements pour tous (25 % de locatifs sociaux, 30 % de logements en accession à prix abordable et 45 % en accession libre), le Vallon vise en priorité l’accueil des familles. À leur arrivée fin 2024, début 2025, elles pourront profiter de la nouvelle école qui ouvrira à la rentrée 2023 le long de la rue de la Papotière en cours de réaménagement, mais aussi d’espaces de jeux imaginés en concertation avec des enfants et parents du quartier : une forêt ludique (escalade, structures de grimpe), une aire de jeux inclusive stimulant les sens près de la Louëtrie, sans oublier les cabanes du bois des Chaupières qui font déjà le bonheur des petits aventuriers du quartier. Le réseau de transports collectifs va également s'étoffer, avec le renforcement des fréquences de la ligne bus 87, le prolongement de la ligne de Chronobus C7 ou encore l'arrivée prochaine de la ligne 8 de busway jusqu'au boulevard de Doulon.

Un nouvel atelier citoyen pour le Vallon Est

Situé tout au nord du quartier Doulon-Gohards, entre la route de Sainte-Luce et le ruisseau des Gohards, le Vallon des Gohards accueillera à terme près de 400 nouveaux logements. Alors que la partie Ouest (207 logements) entre en travaux début 2023 pour une livraison fin 2024, le secteur Est, situé le long du chemin des Chaupières, démarre lui sa phase de conception. Désignée en janvier 2022, l’équipe composée de Cogedim, Coop Logis et du bailleur social LNH va y construire 175 logements et des espaces de rencontre. Les architectes et paysagistes seront désignés cet automne. Comme sur le secteur Ouest, un atelier citoyen d’une trentaine de personnes participe à la réflexion et au choix de l’équipe de concepteurs. Ces habitants volontaires travailleront ensuite avec les architectes pour affiner le projet. Leur avis citoyen est attendu début 2023 et les premiers travaux à partir de 2024.
Plus d'infos sur le site du dialogue citoyen.

La remise en culture de la ferme de la Louëtrie a débuté dès le printemps 2021. © Archives Roberto Giangrande
La remise en culture de la ferme de la Louëtrie a débuté dès le printemps 2021. © Archives Roberto Giangrande

Les fermes reprennent vie

Le projet Doulon-Gohards prévoit de remettre en culture 5 fermes qui étaient à l’abandon. Trois d’entre elles, en cours de rénovation, ont déjà repris vie. Après cinq années de chantier pour amender les terres, rénover les anciens corps de ferme et construire quatre serres maraîchères, la mise en culture a débuté au printemps 2021 à la Louëtrie (micro-pousses), l’Allouette Rit (légumes bio) et au Bois des Anses (légumes, plantes aromatiques et fruits bio). La production monte doucement en puissance, avec des points de vente à la ferme, deux fois par semaine : les mardis et vendredis à l’Alouette rit, le mercredi et le vendredi après-midi au Bois des Anses. En plus de leur activité de production, les trois exploitations souhaitent développer des activités complémentaires, ouvertes sur le quartier : entretien des espaces verts, animations en direction des scolaires, événements culturels… En 2023, ils seront rejoints par un quatrième agriculteur sur la ferme de la Saint-Médard, située tout près du bourg du Vieux-Doulon. Son projet ? Associer maraîchage bio-intensif, jardinage et vente de produits cuisinés.